GRANDES SOLDES D'HIVER -> ICI

Petite réflexion sur le portage

Comme nous en parlions dans un précédent article, le portage est une tradition millénaire. Toutes les civilisations autour du globe ont porté et portent leurs enfants. C’est une pratique aussi courante que l’allaitement naturel. Que ce soit en Afrique, en Inde, en Amérique du Sud, en Asie ou en Europe, les femmes portaient leurs enfants (principalement dans le dos) et ce depuis aussi longtemps que nous avons des traces écrites ou peintes de la vie de famille. Cela nous mène à plusieurs questions : Qu’est-ce que le portage ?

qu'est-ce que le portage

Il ne s’agit pas de tenter d’y répondre d’un point de vue purement technique mais plutôt de ce que ça signifie pour un parent et un enfant. Porter son enfant s’est acter, admettre cette relation de dépendance du bébé à l’égard du parent. Non seulement l’admettre mais également l’assumer. Porter son enfant c’est accepter la « charge » que signifie élever un enfant. Si les parents, dans les pays d’Europe, se sont éloignés de leurs enfants au cours des 200 ou 300 dernières années, c’est probablement en partie dûe au fait que nous avons refusé, à un moment donné, d’admettre cette relation de dépendance ou même d’interdépendance. Nous n’avons plus prôné que l’individualité, l’indépendance, les femmes voulaient à tout prix s’occuper de leur vie à elle, et les hommes aussi. On ne voulait plus assumer dans nos vies ce qui peut parfois ressembler à un fardeau, et cela nous a conduit à perdre de vue tout le reste. La philosophie dite des lumières nous a amené à croire que la lumière nous appartenait, qu’elle devait constituer une propriété. Elle nous a fait croire que nous devions posséder la lumière, alors que nous devons la donner. En voulant s’accaparer cette lumière, nous avons mis de côté tout ce qui s’opposait à notre quête insatiable. Nous nous sommes éloignés de nos enfants pour avoir la paix, nous sommes éloignés de nos maris pour avoir l’argent, et nous avons gagné la solitude.

qu'est-ce que le portage

Car porter, c’est surtout transmettre, et transmettre c’est offrir. Offrir l’amour, la « chaleur humaine » et la protection. Et le temps et la protection qu’offrent les parents à leurs enfants sont purement gratuits. Un parent ne se pose pas la question de savoir s’il sera un jour récompensé pour ce qu’il a fait. Il n’y a pas d’objectifs personnels individuels derrière l’éducation d’un enfant. En tant que parents, nous n’avons d’autres ambitions que celle de donner le maximum de nous-mêmes pour notre enfant. Notre bonheur, sera le sien. Si nous perdons de vue que notre bonheur provient avant tout de celui des autres, alors c’en est fini de l’homme. Et si nous ne sommes même pas capables de faire passer le bonheur de notre enfant avant le nôtre, alors comment pourrons-nous aimer notre prochain ? L’éducation est un apprentissage pour les enfants mais également pour les parents. On n’est jamais prêt à être parents avant d’être parents. Nous grandissons avec nos enfants et ils nous apprennent autant si ce n’est plus que nous leur apprenons. C’est ainsi que la famille est le socle de toute société. Si la famille est dissoute, si le mariage en est réduit à un contrat social, si les enfants ne sont que des rejetons, alors nous aurons perdu ce qui reste de notre humanité. Le portage, est une manifestation visible de ce lien invisible qui lie les parents aux enfants, et donc les parents entre eux. Il n’y a rien de plus naturel pour un parent que de porter son enfant. Cela explique pourquoi et comment, des civilisations, des peuples qui ne se connaissaient pas, qui ne vivaient pas à la même époque ni au même endroit ont pu d’instinct adopter communément la pratique du portage en écharpe.

Alors à la question : qu’est-ce que le portage ? Je répondrai que le portage, c’est la famille. Une famille qui se porte, qui se supporte, qui se soutient, qui s’élève, et se soulève, qui s’attrape et qui s’embrasse est une famille indestructible. Et à un période les mots d’ordre sont éloignement, distance et méfiance vis-à-vis du prochain, il est plus que jamais important que les familles se réunissent et deviennent soudées, sous peine de se voir réduites à l’état de simples petites usines de production de futurs esclaves.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Conforme aux normes de sécurité
Livraison gratuite et sécurisée
Service client réactif et engagé
Anonymat de vos données